À quel point une allergie aux carottes est-elle dangereuse, comment la reconnaître et se débarrasser de la maladie?

Le monde moderne est riche en maladies allergiques. L'allergie à la carotte est une forme courante d'allergie alimentaire. Les carottes, en raison de nombreux facteurs, peuvent poser des problèmes non moins que tout autre légume ou fruit, il est donc important de ne pas oublier la précaution.

Ses manifestations sont diverses et peuvent inclure des éruptions cutanées, des démangeaisons, des éruptions cutanées sur les muqueuses et des symptômes dyspeptiques sous forme de diarrhée. Réactions allergiques graves - L'œdème de Quincke et le choc anaphylactique constituent un grand danger.

Un légume est-il un allergène?

Les carottes contiennent des protéines et des glycoprotéines qui peuvent provoquer une réaction allergique. Le légume lui-même a un faible potentiel allergène et provoque des réactions d'hypersensibilité chez seulement 2% de la population. Cependant, dans la pratique, la fréquence des allergies aux carottes est beaucoup plus élevée. La raison en est l'allergie croisée.

Elle se caractérise par le fait que lorsque les protéines de carotte pénètrent dans l'organisme, les cellules d'immunité commencent à les considérer comme d'autres allergènes en raison de similitudes structurelles. Cela est dû au fait que les protéines dans sa composition sont structurellement identiques aux protéines de pissenlit, de pollen de bouleau et de saule. Ces composés protéiques sont de puissants allergènes, conduisant à une sensibilisation du corps.

Causes d'une réaction allergique

La cause immédiate d'une réaction allergique est la consommation de carottes dans les aliments ou leur contact pendant la cuisson.
  • L'incidence la plus élevée d'allergies est observée lors de la consommation de carottes crues ou de jus de carottes en grande quantité.
  • Moins fréquemment, des allergies surviennent chez les personnes qui ont consommé des carottes traitées thermiquement ou en conserve.
  • Chez un jeune bébé allaité, une réaction allergique peut survenir en raison de la présence de carottes dans l'alimentation de la mère.

Symptômes de la maladie

Les symptômes allergiques se développent généralement dans les 1 à 3 heures après avoir mangé des carottes, moins souvent - après 5 à 8 heures. Le tableau clinique est caractérisé par des manifestations muco-cutanées et dyspeptiques.

Les signes cutanéo-allergiques comprennent:

  • une éruption cutanée sous forme de cloques à contenu transparent ou des taches de couleur rouge saturée - le plus souvent, elles sont situées dans la poitrine, les bras et le visage;
  • démangeaisons et brûlures dans la zone des éruptions cutanées;
  • ulcération ou desquamation des lèvres (chéilite allergique);
  • rougeur et gonflement de la muqueuse buccale;
  • démangeaisons et brûlures dans la bouche.

Les symptômes dyspeptiques se manifestent par les symptômes suivants:

  • flatulence;
  • accès de crampes douleurs abdominales;
  • la diarrhée
  • nausées, moins souvent vomissements.

Beaucoup moins souvent, les carottes sont allergiques à la conjonctivite allergique ou à la détresse respiratoire sous forme de nez qui coule, de toux, d'éternuements ou d'essoufflement.

Pourquoi est-ce dangereux?

Le danger d'hypersensibilité est le développement de réactions allergiques aiguës graves qui menacent la vie. Cela comprend:

  • Oedème de Quincke - caractérisé par une propagation massive d'œdème dense sur la graisse sous-cutanée du visage et du cou, moins souvent sur les extrémités. Dans 35% des cas, l'enflure s'étend jusqu'au larynx, ce qui provoque une insuffisance respiratoire aiguë. Si le patient n'est pas aidé à ce moment-là, il mourra de suffocation. Les premiers signes suspectant un œdème de Quincke sont des poches du visage et du cou, une toux et une voix rauque.
  • La nécrolyse épidermique toxique est une manifestation extrême d'une réaction allergique cutanée. Dans ce cas, de grosses cloques se forment, remplies d'un liquide clair avec un mélange de sang. Par la suite, la couche supérieure de la peau commence à être rejetée et de grands ulcères et érosions se forment à la surface du corps.
  • Le choc anaphylactique est la variante la plus grave d'une réaction allergique. Il se caractérise par des troubles microcirculatoires profonds et une forte diminution de la pression artérielle. Une personne développe un effondrement et perd connaissance. En raison de troubles circulatoires et d'hypotension, tous les organes vitaux souffrent, ce qui entraîne la mort sans assistance médicale.

Diagnostics

Le diagnostic d’un épisode d’allergie repose sur les antécédents et l’examen clinique du patient. Cependant, ces méthodes permettent d'établir uniquement le fait de la présence d'une réaction allergique, mais ne permettent pas de déterminer l'allergène lui-même.

Dans ce cas, après le traitement, le médecin peut prescrire une introduction diagnostique du produit, c'est-à-dire manger intentionnellement des carottes et évaluer l'état du patient. En règle générale, ces tests provocateurs sont effectués sous la supervision d'un médecin.

Une méthode de diagnostic spécifique et fiable qui vous permet d'identifier l'hypersensibilité corporelle est une étude immunologique avec la détermination des immunoglobulines E aux allergènes de carotte. Pour l'analyse, il est nécessaire de donner du sang veineux.

Instructions de traitement étape par étape

Important! Pour sélectionner le schéma de traitement correct, vous devez consulter un médecin. Tout médicament, même destiné à traiter les allergies, peut aggraver les manifestations d'une réaction allergique et a de nombreux effets secondaires.

Si vous soupçonnez une nécrolyse épidermique toxique ou un œdème de Quincke, vous ne devez pas vous soigner vous-même. Dans de tels cas, une équipe d'ambulance doit être appelée immédiatement, car il existe une menace directe pour la vie humaine.

Urgence

Dans les cas bénins, il suffit de prendre n'importe quel comprimé du médicament antihistaminique disponible dans la maison (Suprastin, Diphenhydramine, Cetrin, Alercaps, Loratex).

Si la réaction allergique est sévère, les antihistaminiques sont administrés par voie intramusculaire ou intraveineuse:

  • Suprastin 2% - 1 ampoule.
  • Diphenhydramine 1% - 1 ampoule.

L'administration intramusculaire ou intraveineuse d'antihistaminiques n'est utilisée que dans des cas exceptionnels et après consultation d'un médecin.

Dans le cas où le patient présente un œdème de Quincke ou une nécrolyse épidermique, des glucocorticostéroïdes (Prednisolone, Methylprednisolone) sont en outre introduits dans la veine.

Habituel

Un groupe d'antihistaminiques est utilisé pour traiter les manifestations d'une réaction allergique. Ils réduisent l'effet de l'histamine (un médiateur d'allergie) sur le corps en bloquant des récepteurs spécifiques. En plus de la pharmacothérapie, la médecine traditionnelle réduit les manifestations de démangeaisons et d'éruptions cutanées.

Produits de pharmacie

Les antihistaminiques de 2e ou 3e génération sont recommandés. Cela comprend:

  • Loratadine (Lorand, Claritin) - 10 mg (1 tab.) 1 fois par jour.
  • Desloratadine (Allergostop, Loratek, Elius) - 5 mg (1tab.) 1 fois par jour.
  • Cétirizine (Paralazin, Cetrin) - 5 mg (1tab.) 2 fois par jour.

Les médicaments doivent être bu pendant toute la période, tandis que les manifestations d'allergie sont exprimées et 2-3 jours après la disparition des symptômes. La durée moyenne du traitement est généralement de 5 à 7 jours.

Au secours! Les antihistaminiques de 1ère génération (Diphenhydramine, Suprastin, Tavegil) ne sont pas recommandés pour une utilisation. Ils ont une action moins sélective et ont un effet négatif sur le système nerveux central et le cœur.

Si l'allergie ne se manifeste que par des éruptions cutanées avec de légères démangeaisons, elle ne doit être limitée qu'aux pommades contenant des glucocorticostéroïdes:

  • pommade à la prednisone ou à l'hydrocortisone;
  • Elokom;
  • Flucinar;
  • Triacort.

La pommade est appliquée uniquement sur les zones touchées de la peau avec une fine couche 1-2 fois par jour. La durée du traitement ne dépasse pas 5-7 jours. L'utilisation à long terme de pommades glucocorticostéroïdes conduit à la formation de taches de vieillesse, d'ulcères trophiques et de zones d'hyperkératose.

Médecine populaire

Les éruptions cutanées allergiques peuvent être lubrifiées avec de l'huile d'olive. Il a des propriétés antioxydantes et aide à réduire les démangeaisons et l'inflammation. Des effets similaires sont inhérents à certaines plantes médicinales:

  • jus d'aloès;
  • décoction de camomille ou centaurée;
  • huile de rose musquée;
  • décoction d'écorce de chêne.

La peau affectée doit être lubrifiée 2 à 3 fois par jour. Avec un gonflement sévère, vous pouvez utiliser des compresses de pommes de terre crues, écrasées à l'état pâteux. Après la disparition de l'éruption cutanée, le cours de phytothérapie est arrêté.

Régime

Il est conseillé aux adultes et aux enfants prédisposés aux allergies aux carottes de suivre un régime d'élimination et hypoallergénique. L'élimination implique l'exclusion totale des carottes et des plats préparés avec leur contenu de l'alimentation.

Régime hypoallergénique - nutrition médicale visant à réduire la sensibilisation du corps. Elle implique le rejet des aliments à fort potentiel allergénique. Ces produits comprennent:

  • Chocolat
  • agrumes;
  • oeufs
  • variétés rouges de pommes;
  • Lait de vache
  • boissons gazeuses;
  • bonbons et pâtisseries.

Il est recommandé de privilégier les céréales et légumes, la viande maigre et les produits à base de lait aigre. Il est nécessaire de boire au moins 1, 5 litre d'eau potable pure par jour pour réduire les effets de l'intoxication interne du corps.

Un régime hypoallergénique doit être suivi pendant les manifestations allergiques, ainsi que dans les 10 à 14 jours suivant la disparition des signes d'une réaction allergique. Un régime d'élimination doit être suivi en tout temps pour éviter des épisodes répétés d'allergies alimentaires.

Les carottes provoquent rarement des allergies. Différentes variétés de légumes sont cultivées dans le jardin pour préparer divers plats et à usage médicinal, ainsi que des carottes sont données aux animaux pour se nourrir. Et les propriétés médicinales sont possédées non seulement par le légume, mais aussi par ses graines.

La prévention

Les mesures préventives sont l'exclusion totale du régime alimentaire des carottes et des plats préparés à partir de celui-ci.

Il est recommandé d'accorder une grande attention au renforcement de l'immunité, car toute forme d'allergie est la manifestation d'une réponse inadéquate du système immunitaire à une substance étrangère. À cette fin, l'administration d'immunomodulateurs, le durcissement et une alimentation saine sont présentés.

Malgré le faible potentiel allergénique, les carottes provoquent souvent des réactions allergiques alimentaires. Cela est dû au phénomène d'allergie croisée et à la similitude de ses protéines avec de forts allergènes naturels. Le tableau clinique d'une allergie est individuel et peut se manifester par des éruptions cutanées, des démangeaisons ou des symptômes dyspeptiques.

Dans les cas graves, un œdème de Quincke, un syndrome de Lyell et un choc anaphylactique peuvent se développer. Le traitement consiste à prendre des antihistaminiques, à l'exclusion des carottes de l'alimentation et à suivre un régime hypoallergénique.

Articles Connexes